Les médecines complémentaires & les « à côté »

Dès que j’ai été diagnostiquée, j’ai cherché à en savoir plus sur ce cancer mais aussi sur comment palier à tous les effets secondaires de la chimio. C’était ma façon de gérer la maladie, il faut que j’ai un plan pour chaque situation qui se présente et donc les médecines complémentaires m’intéressaient particulièrement.
La chimiothérapie, cela fait peur… D’ailleurs avec certaines personnes de mon entourage je fais attention de ne pas utiliser ce mot mais plutôt « traitement ».

La chimiothérapie génère des effets secondaires à des niveaux différents en fonction des personnes. J’ai donc dès le début testé plein de chose pour palier à tout cela:

En discutant avec son oncologue:
Cela parait une évidence mais quelques fois on ose pas forcément tout dire à son médecin pour ne pas paraître trop se plaindre de choses qui ne sont pas « si grave » (ça c’était moi avant, la nana qui va chez son médecin généraliste que quand elle est vraiment au fond du seau…). J’ai vite perdu cette habitude une fois diagnostiquée et tant mieux ! Je lui parlais de tous les effets même les plus anodins (par exemple les petites démangeaisons au bout des doigts). Cela a permis à mon médecin de prévoir une batterie de médicament pour palier à tout ! Ok, on se transforme un peu en pharmacie ambulante:

Et encore, sur cette photo, on ne voit pas les « antibiotiques en cas de fièvre » sur la rangée du dessous. Mais au moins, j’avais tout sous la main ! Cela m’a permis de gérer au mieux les nausées, les douleurs post opératoires, un transit post opératoire fluctuant, les bleus causés par les perfusion etc et surtout d’être rassurée.

L’acupuncture:
J’ai commencé l’acupuncture dès la première chimio (3/4 jours après). Je vous conseille très vivement de prendre un médecin acupuncteur pour plus de sécurité sur le traitement. Le corps absorbe beaucoup de chose, autant prendre quelqu’un connaissant la thématique cancer pour être sûr du traitement. Pour ma part, j’ai eu beaucoup de chance puisqu’on m’a conseillé un médecin acupunctrice qui connaissait très bien le sujet puisqu’elle a déjà eu à se battre contre deux cancers à titre personnel. De plus, cela permet de se faire rembourser les séances. L’acupuncture m’a beaucoup aidé pour la fatigue, cela me donnait un petit coup de fouet après les chimios mais aussi sur la décontraction musculaire (j’ai tendance en période de stress à serrer les mâchoires).
Tarif: Remboursé par la sécu dans le cas où les séances étaient faite par un médecin

L’ostéopathie:
Ayant déjà des soucis de dos avant de tomber malade, j’ai intensifié les séances d’ostéopathie après les chimios et après l’opération. Cela permet de tout remettre en place. J’ai continué les séances avec mon ostéopathe « d’avant maladie » mais il est aussi possible de les faire via une association qui travaille avec l’HEGP ce qui permet de ne pas payer les séances (il faut demander un PASS à l’oncologue de l’hôpital de jour).
Tarif: Gratuit via l’hôpital, comptez entre 50 et 70€ en extérieur sur Paris

La kiné:
Ayant des courbatures post-chimio, je me suis fait rapidement prescrire par l’oncologue des séances de kiné. Cela permettait de détendre des muscles un peu sous pression avec le stress. J’ai également fait pas mal de séance post-opération pour la cicatrice ce qui m’a permis deux mois après l’opération de n’avoir pratiquement plus d’adhérence de la cicatrice. J’ai également repris avec le kiné le sport pour re-muscler la sangle abdominale (une fois la cicatrisation faite et autorisation des médecins).
Tarif: Pris en charge à 100% par la sécu avec prescription des médecins

La sophrologie:
J’ai pu testé via l’association qui travaille avec l’HEGP sur deux séances. Je n’ai pas été très emballée par ces séances. Je crois que je n’ai pas beaucoup accrochée avec la sophrologue mais je conseille fortement d’essayer ! Cela permet de se détendre.
Tarif: Gratuit via l’hôpital

La réflexologie:
J’ai découvert cela très tardivement et presque « par hasard ». Lors de ma 5 ème chimio (avant dernière), l’infirmière est entrée avec la réflexologue dans ma chambre de l’hôpital de jour en me demandant si je voulais tester car la réflexologue venait d’avoir un désistement. J’avais bien accroché avec l’infirmière qui appelait ma chambre « la chambre à paillettes » ce jour là 😉 Et bien j’ai été très agréablement surprise ! J’avais pas mal de souci au niveau transit après l’opération (forcément, quand on retire une partie du rectum, il n’est pas très content après). Avec quelques manipulations, cela a permis sur les jours suivant de réguler tout cela.
Tarif: Gratuit via l’hôpital

La Psychologue:
C’est très personnel mais à l’HEGP on vous le proposera forcément. Il y a une psychologue qui s’occupe spécifiquement des patients du service Gynéco et Oncologie. Cela permet de « déverser » en peu toutes nos angoisses pendant les traitements et après. L’avantage est qu’elle peut aider notamment sur la communication avec les médecins. Je me rappelle que ma première rencontre avec mon oncologue m’avait beaucoup angoissée. Elle m’a aidé à comprendre pourquoi et les autres séances se sont ensuite très très bien passée. Cela m’a beaucoup aidé.
Tarif: Gratuit via l’hôpital

L’infirmière de Bio-Esthétisme de l’HEGP:
Il y a à l’hôpital une infirmière qui s’occupe du bien être des patientes pendant leurs traitements. Elle donne toutes les infos sur comment protéger ses ongles par exemple, pour les cheveux, les produits à utiliser etc. et surtout elle peut venir vous faire des soins pendant vos chimios ou en hospitalisation. Je lui demandais de passer à chacune de mes chimio. J’ai eu le droit à des soins du visage mais aussi à des soins du crane. Quand on perd ses cheveux, ils conseillent de se les raser (cela permet de réduire certaines douleurs du cuir chevelu), mais honnêtement, je ne me voyais pas demander de me raser la tête à mes proches ou dans un salon de coiffure avec tous ces miroirs ! Du coup, lors de la deuxième chimio, c’est elle qui m’a rasé les cheveux et fait un soin. Pour en bénéficier, il suffit de le demander à l’hôpital de jour pour la première séance. Ensuite, elle vous laissera ses coordonnées pour prendre rendez-vous avec elle. Vraiment pas de quoi se priver de ce petit moment de détente pendant de longues chimios ! Et comme toutes les infirmières de l’HEGP, elle est très sympa !
Tarif: Gratuit

Et une dernière pour la route:

La ronronthérapie:
Oui oui, cela a été prouvé par des études qu’un chat qui ronronne sur ses genoux permet de réduire l’anxiété ! De mon côté, mon chat qui me voyait très peu en journée (avec mon boulot très prenant) m’a vu tous les jours! Elle est devenue très « collante » depuis mon diagnostic. Elle se posait de plus en plus sur mon ventre (ils sentent vraiment les choses) et ronronnait. Au delà du ronronnement, la présence d’un animal est top dans ces moments.

Voilà pour les choses classiques en médecines complémentaires… Bien sûr il a tout le reste pour « penser à autre chose »: voir ses amis dès que la chimio nous laisse tranquille, je me suis mise aussi un peu au tricot, au coloriage pour adulte, à écrire un blog 🙂

Pour le détail des produits de beauté et shopping, c’est ICI

 

Please follow and like us:

4 commentaires sur “Les médecines complémentaires & les « à côté »”

  1. Je veux bien ton contact pour l’acupuncture 😊
    Il y a des associations aussi qui proposent des choses intéressantes.
    Association : « le réseau » et « osmose » entre autre sur Paris

Laisser un commentaire