Ma chimio et ses effets

Mon protocole de soin et de chimiothérapie était le suivant:
– 2 opérations: Cœlioscopie/Laparotomie
– 6 séances de chimio
– 15 mois d’injection d’Avastin toutes les trois semaines (traitement d’entretien pour éviter les récidives)

Je suis entrée dans un protocole de recherche sur le cancer des ovaires appelé « TRUST ». Celui-ci teste différents « ordres » dans le protocole:
– Cœlioscopie/Chimios (3)/Opération/chimios (3)
ou – Opération/Chimios (6)

Mon stade me permettait les deux. J’étais « opérable » dès le début au vu de l’étendue du cancer mais je suis tombée sur le premier groupe. Cela sera donc cœlioscopie/chimios/opération/chimios.

Après une cœlioscopie exploratoire (pour voir l’étendue des dégâts et faire des prélèvements pour savoir exactement à quoi nous avons à faire), j’ai donc commencé par 3 séances de chimio espacées de 3 semaines, puis 1 mois de pause, opération, 1 mois de pause et les 3 dernières séances de chimio.
La petite surprise c’est qu’on m’a annoncé après l’opération que j’aurai bien 3 séances de chimio mais 15 mois d’injection d’Avastin toutes les trois semaines pour éviter les récidives. L’Avastin étant « sans effet secondaire » d’après mon médecin cela sera intégrable dans une vie « normale ».

Donc protocole chimiothérapie 1 (avant opération):
– Prémédication:  Cortisone & Polaramine sur 20/30 minutes. Normalement c’est 10 minutes chacun mais demandez à faire passer les produits lentement pour éviter les mots de tête. Les infirmières ont l’habitude.
– Taxol ou Paclitaxel: 3 heures d’injection
– Carboplatine: 30 min d’injection
Avec les produits de « rinçage » entre chaque produit, on compte donc 4 heures 30 de chimio sur ce premier cycle.

Pause et Opération (je ferai un post particulier sur l’opération).

Protocole chimiothérapie 2 (post opération):
On reprend le protocole de chimiothérapie 1 auquel on ajoute l’avastin sur la 2ème et 3ème séance:
– Chimio 1: identique au premier cycle
– Chimio 2: 3h de Taxol, 30 min de Carboplatine + 1h30 d’Avastin
– Chimio 3: 3h de Taxol, 30min de Carboplatine + 1h d’Avastin
Nous sommes donc ici entre 5h pour la première et 6h30 de chimio.

Ensuite, 30min d’avastin toutes les trois semaines pendant 15 mois.

Les effets secondaires:

Aucune chimiothérapie n’a vraiment été identique mais j’ai pu retrouver les mêmes symptômes à des niveaux différents.

– La perte des cheveux dû au Taxol/Paclitaxel. C’est LE produit qui fait perdre les cheveux. J’ai tenté de négocier le casque réfrigérant mais cela ne fonctionne que sur de courtes périodes. Ayant 3 heures de Taxol, compliqué de garder le casque sur la tête et l’effet est très minime sur une période aussi longue.
J’ai donc perdu mes cheveux 2 semaines après la première injection… Vous pouvez retrouver dans le post « shopping » les jolis turbans que j’ai commandés pour compenser tout ça. Je les ai réellement perdu 2 fois puisque la pause de l’opération m’a permis de les voir un peu revenir pour retomber après la reprise de la chimio 🙁 Maintenant, pour en avoir discuter avec l’infirmière de bio-esthétisme de l’hôpital, les cheveux repoussent plus beau après. Lorsqu’ils ne tombent pas, ils sont souvent abîmés par les traitements par la suite (histoire de nous remonter le moral sur leur perte, cela fait toujours plaisir! on aura de plus jolis cheveux!)

Les autres effets arrivaient généralement à J+2 après la chimio. J’étais « pas bien » sur J+2, J+3 et J+4, mes « pics » de chimio où je faisais bien attention de ne rien prévoir sur ces jours là. Ensuite cela « remontait » doucement.
Le deuxième « effet kiss-cool » comme je l’appelais, arrivait la dernière semaine avant la reprise de la chimio avec l’effet « nadir ». C’est le moment où toutes les défenses immunitaires tombent sous l’effet de la chimio, une vague de grosse fatigue. Cela m’a également coûté le décalage de ma dernière chimio avec des neutrophiles (on les suit bien ceux là), très et trop bas pour supporter la dernière chimio prévue un lundi. Elle se fera donc un vendredi.

En ce qui concerne le « pic » de chimio:

– Nausées: pas mal de nausées sur ce premier pic mais sans vomissement. Je gérais cela avec de l’Emend (à prendre le jour de la chimio et les trois jours suivants), ainsi que du primperan pour les jours suivants.
– Courbatures: dans les jambes et dans le dos, gérées avec du doliprane et des séances de kiné (voir post sur les médecines complémentaires).
– Perte de goût: Assez flagrant, cela allait avec les odeurs difficiles à supporter. Cela n’aide pas à manger ! Je vous conseille de manger froid (moins d’odeur), des produits pas trop cuisinés (tomate, pâtes, yaourt) mais toujours bien penser à manger des protéines pour aider le corps à combattre la maladie.
– Perte d’appétit: Cela va avec la perte de goût. Cela à pour moi été davantage gênant pour les chimios post-opération avec un transit aléatoire (voir post sur l’opération).
– L’acné: Poussée d’acné dans le coup, le dos, le visage… Elle a été encore plus violente lors de la reprise de la chimiothérapie mais a été très bien gérée par la suite avec des anti-biotiques prescrits par mon oncologue (doxycycline).

A noter que chaque séance de chimio a été différente pour moi. La première chimio a été plus intense que les deux suivantes (certainement lié à mon appréhension). La troisième chimio du premier cycle a également été moins cool côté courbatures car j’avais en plus des piqûres tous les jours pour « doper » mes défenses immunitaires mises à mal par la deuxième chimio (je me suis battue jusqu’à la dernière chimio avec mes neutrophiles un peu paresseux pour se reproduire après avoir été malmenés par les chimios).
La session de chimiothérapie post-opération a été étonnamment « cool » avec certes des nausées et une grosse fatigue mais très gérable par rapport aux autres chimios (et de grosse poussée d’acné mais gérées par des antibiotiques prescrits par l’oncologue).
Vous l’aurez compris, me concernant, tout cela était très aléatoire mais gérable.
Mon oncologue adaptait dès qu’il le fallait mes médicaments pour palier à tous ces effets.

L’avastin n’a, d’après mon médecin, aucun gros effets secondaires mais cumulé à ma chimio 2 du 2ème cycle, j’ai eu droit à une grosse fatigue le soir même et le lendemain. Pareil sur la dernière chimio (avec 1 heure d’avastin), certainement l’accumulation des traitements…

Pour les choses « annexes » permettant de mieux gérer la chimiothérapie, vous pouvez vous référer au post « médecine complémentaire et « à côté » « .
Pour l’organisation d’une séance de chimio, vous pouvez vous référer au post « L’hôpital de jour HEGP et déroulement de la chimiothérapie« .

Please follow and like us:

Laisser un commentaire