Les cercles d’amis

C’est un des sujets qui arrive le plus vite quand on tombe malade.
J’ai commencé à l’annoncer très rapidement après le diagnostic, et même juste après être sortie du cabinet du médecin à mes amis proches. J’avais besoin de partager cela avec eux, sentir qu’ils étaient là.
Puis arrive l’annonce au cercle d’ami plus large, nous étendons les cercles.

Nous avons tous des amis à différents niveaux, Facebook nous le rappelle avec les niveaux de confidentialité installés (restreint, connaissance, amis…)

Je vois cela ainsi avec: Les connaissances, les amis et les amis très proches.

En gros, il y avait trois catégories d’amis avant l’annonce. Mais comme dirait l’adage: “Ça c’était avant”.

Les choses n’étaient plus aussi claires quand j’ai annoncé la maladie.

Beaucoup disent que les coups durs permettent de faire le « tri » dans ses amis. Sans en rejeter forcément, il y a effectivement un mouvement qui s’opère notamment dans le groupe global “amis” mais aussi dans le groupe connaissance à des niveaux différents.

Parlons tout d’abord du groupe amis proches: Le noyaux dur lui est resté pour moi intacte. C’est bête à dire mais c’est ULTRA rassurant. Ils étaient mes amis les plus proches et le sont restés. Ils sont devenus “ma dream team”. Petite team de 3 personnes mais extrêmement importante pendant ce combat. Elle est constituée d’ami de longue date (22ans, 10ans…) mais aussi plus récent mais avec qui j’ai pu traverser beaucoup de moment géniaux mais aussi plus difficile.

Ce noyau dur était là même à distance tous les jours absorbant mes angoisses (j’aime beaucoup beaucoup (trop) verbaliser mes angoisses) via whatsapp. Cette petite équipe était très importante car il est parfois difficile d’exprimer toutes ses angoisses à sa famille qui est déjà elle-même très angoissée par cette maladie (Un article y sera consacré). C’est également cette team qui m’accompagnera en chimiothérapie en alternance avec ma maman.
J’en parle dans le post « état d’âme pendant les traitements », je suis très privilégiée. J’ai une famille et des amis toujours très présent pendant toute la période de mes traitements. Ma dream team était là quand j’ai récupéré mon téléphone après l’opération et attendait avec impatience des nouvelles. C’est également eux qui se démèneront pour pouvoir m’accompagner en chimio même à la dernière minute quand la chimio sera décalée de 4 jours car les globules blancs étaient trop faibles. J’ai beaucoup de chance de les avoir 🙂

Le mouvement s’est surtout opéré dans le groupe amis et connaissances avec de très bonnes surprises comme des mauvaises.

J’ai surtout eu de bonnes surprises avec des personnes dans « connaissance » qui m’ont proposé de m’accompagner en chimio par exemple. Au final, le cercle des connaissances ne peuvent pas tellement décevoir puisqu’on en attend assez peu.

Côté amis, une amie que je voyais de temps en temps s’est révélée être vraiment très attentionnée ou du moins m’a apporté ce que j’attendais pendant le traitement. Elle m’accompagnera même en chimio avec un tas de magazine people ! J’ai également été déçue par une amie que je pensais proche qui au final n’a pas pris des nouvelles de temps en temps pendant les longs mois d’arrêt. C’est, je le conçois, parfois difficile de savoir comment réagir quand on est proche d’une personne malade mais un petit sms juste pour prendre des nouvelles, quand on était une amie proche, cela me paraissait pas insurmontable. 

Cela bouge et bouge beaucoup.

Les réactions sont souvent parfois étranges vis à vis de la maladie. Cela a été compliqué de les comprendre. Je suis une personne très rationnelle qui a pris la maladie au début de façon très “froide” en sortant au maximum l’émotionnel. Il fallait que je fasse cet examen, puis la chimio, puis l’opération etc. J’ai eu pas mal de mal à intégrer que j’étais malade et la gravité de la situation (cela est détaillé dans un article « Etats d’âme »). Du coup cela m’a beaucoup étonné de voir ces réactions parfois très extrêmes les unes par rapport aux autres.

En ce qui concerne ma dream team, ils ont réagi de façon différente mais ont toujours été très présent. Je leur ai annoncé cela via nos conversations whatsapp, il fallait que j’en parle très rapidement avec eux en sortant du bureau du médecin.

Pour les amis, il y a plusieurs niveaux:

Tout d’abord ceux qui réagit comme tu aimerais qu’ils réagissent: Ok c’est dur mais je suis là et je te soutiens. Certains amis que tu ne vois pas souvent mais qui de temps en temps t’envoie un petit sms ou message sur Facebook pour prendre des nouvelles (cela me faisait toujours très plaisir).

Il y a ensuite ceux où tu vois qu’il sont à deux doigts de se mettre à pleurer alors que toi, tout va bien. 

Il y a également ceux qui te parlent comme si tu étais en phase terminale…  Je me rappelle d’un mail d’une personne de mon équipe avec la formulation: « J’ai appris que tu étais gravement malade ». J’ai trouvé le « gravement » très peu approprié et donnait l’impression que j’allais mourir demain.
Certains amis prennent également « peur ». Le cancer est une maladie qui fait peur. Je me rappelle d’une amie que j’ai vu lors de mes dernières chimios et qui me disait: « j’avais peur de te voir, de te voir malade, mal physiquement etc mais au final tu es très bien! ». On ne peut rien faire malheureusement contre cela à part les rassurer.

Des tonnes de réactions différentes, difficile de toutes les énumérer.

Quand passe l’annonce, un certains tri commence également à s’effectuer à l’intérieur même du groupe amis. Certains m’ont proposé de m’accompagner en chimiothérapie. L’attention est touchante mais ils ne sont clairement pas capables de nous accompagner ! Même si la chimio n’est pas un moment douloureux, cela reste un moment dans un hôpital, avec plein de malade autour… La chimio est un moment où on a envie de « déconner » surtout quand celle-ci dure 5h30 !

Les frontières entre les différents groupes d’amis ne sont pas si claires. Les relations et liens sont plus forts après cette bataille avec certains amis et d’autres liens se distendent.

La maladie change la vie du malade, c’est une facette du changement…

Please follow and like us:

Laisser un commentaire