L’hôpital de jour HEGP & déroulement de la chimiothérapie

Petit retour d’expérience concernant l’hôpital de jour de Georges Pompidou (HEGP) pour ceux qui auraient leurs chimios là bas.

La plateforme de chimiothérapie est toute neuve, ouverte en février 2017.
Les salles de chimio sont donc toutes neuves et assez agréables (petite nuance sur celles au fond avec des fenêtres vers l’extérieur en hiver, ce n’est pas bien isolé, il fait très froid en hiver ! Prenez de quoi vous couvrir).
Il y a des chambres de plusieurs tailles et capacités: de l’individuelle au salle de 8 places.
Elles sont toutes équipées de siège que l’on peut allonger complètement si on souhaite faire une petite sieste pendant les traitements. Certaines individuelles sont équipés de lit avec des toilettes privatives.
J’ai eu pas mal de chance sur la deuxième session où j’ai eu 2 fois (sur trois) une chambre avec un lit et toilettes privatives:

Dans les chambres à plusieurs (ou individuelles pour certaines):

J’ai eu une fois une chambre à 4 personnes sur la dernière chimio. Cette chimio avait dû être décalée à cause des globules blancs.
A mon arrivée, j’avais toujours une petite bouteille d’eau qui m’attendait.

Le rendez-vous avec l’infirmière d’annonce

Avant le début de la chimiothérapie, on m’a proposé un rdv avec une infirmière à l’hôpital de jour de Georges Pompidou, le « rendez-vous d’annonce ». Celui-ci est très important car je n’avais pas eu toutes les infos qui m’intéressaient lors de mon rdv avec l’oncologue qui était surtout consacré à la partie médicale de la chimio (type de produit, effets secondaires et médicaments permettant de les contrer).
Le rendez-vous avec l’infirmière d’annonce permet d’expliquer comment se passe la chimiothérapie mais aussi tout ce que l’hôpital propose autour notamment sur les médecines complémentaires comme l’acupuncture, auriculothérapie, la sophrologie…

Lors de mon traitement, l’hôpital proposait des séances auriculothérapie, de la réflexologie, de la sophrologie et de l’ostéopathie. Ces séances étaient dispensées par des équipes extérieures mais dans l’enceinte de l’hôpital (et complètement pris en charge donc zéro dépense).
L’hôpital propose aussi le passage d’une infirmière de bio-esthétisme. Il suffit la première fois de demander son passage à l’équipe de l’hôpital de jour. Je vous conseille fortement de le demander. Lors du premier entretien, elle pourra vous donner tous les conseils pour mieux supporter les traitements au niveau capillaire, de la peau et des ongles.  Elle pourra ensuite proposer des soins du visage pendant les séances de chimio ou pendant l’hospitalisation (voir post médecines complémentaires).

Ayant des séances de chimio plutôt longues (5h minimum), j’ai demandé lors de ce rdv de préférer des chambres individuelles ou max 2/3 personnes. J’ai pu avoir sur 6 séances de chimio, 4 chambres individuelles ! La première fois où j’ai eu une chambre à deux personnes, j’ai eu une discussion plutôt « limite » avec mon voisin (à retrouver dans le post des phrases assassines). Donc j’étais plutôt contente d’être seule sur le reste des séances.
Ma dernière chimio était en chambre de 4 (elle avait dû être décalée à cause de globules blancs trop bas). Je vous conseille de prévoir de quoi vous isoler (écouteurs par exemple). Entendre les effets secondaires, les soucis des autres patients n’est pas toujours évident. J’étais contente (et veinarde) de n’avoir eu la chambre de 4 que sur ma dernière chimio ! Les discussions des autres patientes (en récidive) avaient de quoi déprimer n’importe qui…
Il faut vraiment le préciser en amont car ensuite c’est « l’ordinateur » de l’hôpital qui attribue les places, du coup une fois cette précision faite, il va faire au mieux en automatique pour que vous ayez une place individuelle. Il sera difficile de changer de place le jour J. L’hôpital reçoit 60 à 80 personnes par jour, il y a peu, voir pas de place « libre » qui permettent de changer une fois arrivé.

Déroulement de la séance de chimiothérapie

Ma séance durait donc entre 5 et 6 heures. Cela peut paraître à la fois long et court à la fois.

L’avant chimio et sa préparation

Deux jours avant la séance de chimiothérapie, le médecin vous demandera de faire une prise de sang complète afin d’être sûr que votre corps est assez armé pour supporter votre séance. Une infirmière de l’hôpital de jour vous appelle également pour faire le point sur votre état de santé. Elle vous demandera votre poids, comment vous vous sentez, et fera le point sur les effets secondaires ressentis sur la dernière chimio. Toutes ces infos permettront aux médecins de valider la séance de chimio avec le bon dosage de produit et de prévoir ce qu’il faut pour réduire les effets secondaires de la future chimio.
Une heure avant la chimio, je prenais le comprimé d’Emend (anti nauséeux spécifique à la chimiothérapie) et posais le patch Emla (patch anesthésiste prescrit par l’oncologue) sur ma chambre implantable (ou PAC). Celui-ci permettra de n’avoir aucune douleur à la pose de la perfusion dans la chambre.

Arrivée à l’hôpital de jour

Arrivée à l’hôpital de jour, on nous attribut une chambre.
Une fois installée, une infirmière vient nous voir pour prendre notre température, notre tension et préparer ce qu’il faut pour installer la perfusion dans la chambre. L’infirmière restera la même pendant toute la chimio.
Elle installe la perfusion puis commence à passer la pré-médication (voir post sur la chimio avec le détail des produits administrés de mon protocole). S’en suivra les produits de chimiothérapie.

La fameuse machine de chimio

Pendant la séance, l’oncologue de l’hôpital de jour de Georges Pompidou passe pour faire le point sur l’état de santé et permettre de prévoir les médicaments pour contrer les effets secondaires (c’est le moment de demander le renouvellement des ordonnances).

Si la chimiothérapie prévoit une présence entre 12h et 14h, l’hôpital prévoit un repas pour le patient. Cela reste un repas d’hôpital 🙂
Il y a également de quoi se restaurer dans l’hôpital avec des salades ou sandwichs. Je vous conseille de les acheter avant de commencer la chimio où d’envoyer votre accompagnant de chimio chercher le repas. Même si on peut se déplacer avec la machine et que c’est juste en face de l’entrée de l’hôpital de jour, ce n’est pas hyper pratique à trimbaler !

Comme je le disais, 5 heures, cela peut paraître long. Pour réduire ce temps, j’ai toujours été accompagnée par ma mère ou des copines. Cela permet de papoter. L’hôpital prévoit des chaises dans les chambres pour les accompagnants.
Je faisais également en sorte de prévoir tous les rdv « annexes » pendant ma chimio. Cela est en plus plus pratique pour les intervenants qui savent qu’ils peuvent passer quand ils veulent pendant les 5 heures de la chimio. Je prévoyais donc de voir la psychologue de Pompidou, la diététicienne et l’infirmière de bio-esthétisme. Quand on cumule les trois, le temps passe beaucoup beaucoup plus vite ! J’ai eu sur une séance en plus le passage de la sophrologue et de la réflexologue, je n’ai du coup pas beaucoup vu ma meilleure amie venue m’accompagner pour cette séance !

Il arrive souvent qu’en fin de traitement, les globules blancs (les fameux neutrophiles) soient assez bas voir trop bas lors de la prise de sang d’avant chimio. Cela s’accentue quand la chimio est le lundi avec une prise de sang le jeudi (soit 4 jours avant au lieu de 2 jours). Du coup, sur mes deux dernières chimios, l’hôpital m’a d’abord fait faire une prise de sang pour vérifier que cela était remonté avant de valider et faire la chimio. Mieux vaut être sûr avant d’injecter tout ce petit monde ! Ma dernière chimio sera d’ailleurs décalée au vendredi, les neutrophiles étant trop bas.

Après tout cela, l’hôpital de jour de Georges Pompidou nous « relâche ».

Pour les séances de chimio, on vous demandera à l’arrivée comment vous êtes venue et comment vous repartez. Je vous conseille de leur demander des bons de transport. Cela permet d’avoir un taxi conventionné qui amène à l’hôpital les jours de chimio et vous ramène. On vous donnera les bons (retour et aller pour la prochaine séance) en partant.

L’après chimio

On est plutôt en forme après la séance de chimio. La cortisone injectée en pré-médication faisant son effet, le soir est plutôt cool. Je commençais à avoir des effets lors du pic de chimio (voir post sur « Ma chimio et ses effets« ).

Please follow and like us:

2 commentaires sur “L’hôpital de jour HEGP & déroulement de la chimiothérapie”

    1. Bonjour,
      Le médecin nous en a à peine parlé.
      Il nous a dit que cela avait diminué, pas énormément mais qu’il n’en attendait pas plus. Ce n’etait pas pour moi un point crucial car j’etais opérable même sans chimio avant. J’ai fait de la chimio avant parce que je suis tombée sur le groupe « chimio » du protocole de recherche où je suis inscrite. Sans cela, j’aurai été opéré en premier.

Laisser un commentaire